Flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier

Equipe Entreprendre

Le Maroc effectuait, hier, ses premiers pas dans la flexibilisation du dirham. Depuis l'annonce vendredi soir de ce basculement, tout le monde ne parle que de l'impact de cette décision prise au terme d'une longue préparation technique. Selon les quelques informations qui ont filtré dans la journée de ce lundi 15 janvier, la situation était jugée plutôt calme. D'ailleurs, sur les 20 millions de dollars offerts par la Banque centrale, seuls 3,5 millions ont trouvé preneur.
Jusqu'à l'heure où nous mettions sous presse, le marché des changes semblait calme. C'est en tout cas les premières impressions recueillies ici et là, même si banques commerciales et Banque centrale renvoyaient des signes de grande mobilisation. Et c'est normal. Le Maroc inaugurait hier son entrée dans la flexibilisation du dirham. Depuis le 15 janvier donc, la parité du dirham est déterminée à l’intérieur d’une bande de fluctuation de ±2,5%, par rapport à un cours central fixé par Bank Al-Maghrib (BAM) sur la base d’un panier de devises composé de l’euro (60%) et du dollar américain (40%). Pour la première adjudication intervenue hier à la mi-journée, BAM n'a servi que 3,5 millions de dollars sur les 20 millions offerts. C'est la preuve de l'absence de pression sur les liquidités. La vente de dollars a été effectuée à un taux moyen pondéré de 9,2307 dirhams avec un taux marginal de 9,2304. Les tombées étaient comprises entre 9,2304 et 9,2310.
Les modalités d’application de ce nouveau régime de change ont été détaillées par Bank Al-Maghrib dans une décision et deux circulaires. Selon les nouvelles dispositions, BAM fixe le cours central du dirham contre le dollar américain ainsi que les cours limites de la bande de fluctuation correspondant au cours central écarté de 2,5% de part et d’autre. Toutefois, l’institut d’émission peut fixer les cours limites de la bande de fluctuation du dirham contre une autre devise. La Banque centrale se charge également de l’actualisation du cours central du dirham contre le dollar américain préalablement à chaque séance d’adjudication de devise qu’elle organise et en cas de variation significative des cours de change à l’international. En conséquence, les cours limites de la bande de fluctuation du dirham contre le dollar américain sont aussi actualisés. Pour la détermination des cours centraux et des cours limites des bandes de fluctuation du dirham contre les devises autres que le dollar américain, les banques doivent se référer aux cours limites de la bande de fluctuation du dirham contre le dollar américain publiée par BAM. Les banques doivent également se référer aux cours de ces devises contre le dollar américain en vigueur sur le marché des changes international au moment de la publication par la Banque centrale des cours. L’institut d’émission détermine quotidiennement les cours de change de référence des devises contre le dirham sur la base des cotations des banques ayant le statut de teneur de marché.
BAM peut surseoir à la fixation des cours de change de référence d’une ou de plusieurs devises contre dirham en cas de survenance d’un évènement majeur impactant ces devises. Concernant les modalités des opérations sur le marché des changes, la Banque centrale intervient sur ce marché à son initiative à travers des opérations d’achat ou de vente de devise contre dirham par voie d’adjudication. À ce titre, BAM détermine la devise de ses interventions sur le marché des changes et les conditions d’éligibilité aux opérations d’adjudication. Elle peut également intervenir à travers d’autres instruments, notamment, les achats ou ventes de devises contre dirham de gré à gré, les prêts et emprunts de devises et les swaps de change devises contre dirham. Notons que les banques doivent appliquer à leurs opérations de change au comptant, devises contre dirham, des cours de change à l’intérieur des bandes de fluctuation. Pour ce qui est du change manuel, c’est la Banque centrale qui fixe la marge de fluctuation du cours de change des billets de banques étrangères contre le dirham à +/-5% par rapport au cours central déterminé par ses soins. Elle fixe, par ailleurs, les limites des bandes de fluctuation des cours de change manuel du dirham contre devises. Elle peut surseoir à la fixation des limites de la bande de fluctuation des cours de change manuel d’une ou de plusieurs devises en cas de survenance d’un évènement majeur impactant cette ou ces devises.  Et les opérations de couverture ? Selon BAM, les banques peuvent effectuer, pour le compte de leur clientèle ou pour leur propre compte, les opérations de couverture contre les risques de change, du taux d’intérêt, du risque lié à la fluctuation du prix de tout actif ou toute dette ou encore des prix des produits de base. Précision importante : les banques sont tenues de s’assurer que le dénouement des opérations de couverture ne dépasse pas les délais de règlement de l’opération courante ou en capial sous-jacente, prévus par les contrats commerciaux ou financiers dans ce cadre.


lematin.ma